MAN'AVENTURE

« Orienter, questionner, nommer, renommer, bousculer les acquis... sans but, sans vérité, en respectant la pudeur de la nature qui se pare d'énigmes et d'incertitudes aux teintes variées. » Friedrich Nietzshe

Man’aventure c’est partir à l’aventure en pleine forêt, y découvrir sa faune et sa flore et notre équipe animale. 

Les ateliers sont préparés et adaptés au(x) participant(s) qui vont découvrir et prendre soins de nos animaux médiateurs :

  • découverte préparation d’une nourriture adaptée aux différentes espèces avec les légumes et fruits du potager;
  • soins corporels : brossage … ;
  • création d’abris pour les petits animaux (utilisation d’opinels, scies, etc.);
  • jeux avec ou en lien avec un animal qui peut renforcer un objectif précis à atteindre;
  • observation des caractères et des comportements des animaux (similitudes et différences), …

En plus des animaux domestiques, le participant accompagné, peut partir à la recherche des animaux sauvages, du plus petit au plus gros, au gré des indices laissés  (les empreintes, les coulées…). Fenêtre sur des discussions et activités sur la desccription de l’animal, à quoi lui servent ses pattes, ses ailes, sa forme, sa vitesse, son gabarit, de quoi il se nourrit…

Autant de situations d’apprentissages sur le monde animal et plus générallement sur celui du vivant qui mènent vers la création d’un bestiaire. 

Le participant va faire l’expérience de valeurs telles que :

  • le bien-être animal
  • l’empathie ;
  • la bienveillance, …

Il aura l’occasion de développer :

  • l’attention;
  • l’observation;
  • la coopération;
  • l’autonomie;
  • le sens de l’organisation;
  • la confiance en soi et bien plus …

Man’aventure c’est aussi vivre l’expression libre spontanée et créative….

Dans un cadre bienveillant, qui ne nécessite aucune connaissance artistique ou technique, Man’aventure a pour objectif de faciliter la connexion avec ce qui existe au plus profond de soi, en donnant à chacun, les clés pour activer et vivre sa créativité, l’utiliser comme une ressource au quotidien. Ils encouragent la curiosité, la découverte, l’expérimentation, l’imagination en osant être soi parmi les autres grâce au contexte en dehors du temps ou chacun suit son rythme en désapprenant la compétition, sinon avec soi-même et la comparaison systématique avec autrui.

Les activités sont en lien avec les sens. Toutes jouent sur deux types d’attention:
• volontaire (dirigée), pour les tâches demandant effort et concentration;
• involontaire (fascination douce), pour des tâches qui ne demandent aucun effort mental, laissant naturellement l’esprit vagabonder librement.

Les activités d’expression spontanée, n’impliquent pas de notions de productivité, de rapidité ni d’occupation. Elles proposent des opportunités d’expression par la mise en action et en relation d’un ou plusieurs individus de manière autonome et sans injonction extérieure. Ce qui est intéressant, c’est que cette créativité est présente en chacun de nous malheureusement, elle peut être brimée très tôt. En effet, nombreux sont ceux qui soutiennent que les enfants sont écrasés par l’apprentissage et notamment par l’éducation artistique qui écrase leur spontanéité, Sir Ken Robinson allant jusqu’à affirmer que l’école tue la créativité.

L’activité spontanée est donc un choix qui repose sur la conviction que les moments d’activités libres peuvent être aussi riches en apprentissages que les activités «organisées», faites de contraintes, d’objectifs pré-déterminés et d’obligation de temps et de résultats. En permettant à chacun, et plus particulièrement aux enfants, d’évoluer à leur rythme, selon leur humeur, sans sur-stimulations et sans comparaison, l’expression créative et l’épanouissement leur sont alors accessibles.

« La créativité c’est inventer, expérimenter, grandir, prendre des risques, briser les règles, faire des erreurs et s’amuser. » Mary Lou Cook

Dans un espace privilégier, au coeur de la forêt, en présence des animaux médiateurs et de la biodiversité environnante, le participant en utilisant l’espace et les matériaux disponibles (bois, terre, pierres, plantes…) pourra réaliser un herbier et parallèlement laisser libre cours à son imagination en :

  • réalisant des créations d’art éphémères;
  • en pratiquant le jeu le jeu du tracer avec la nature (librement inspiré du jeu de peindre d’Arno Stern) dont les principes sont les suivants:
  1. peindre pour soi dans la spontanéité;
  2. sans limite d’espace: le particpant réalise son tableau sur les parois verticales, sur des feuilles qu’il peut accoler à sa guise de part et d’autre de sa feuille initiale, à la verticale ou à l’horizontale;
  3. avec la possibilité d’une séance à l’autre, de continuer un ancien projet conservé et archivé ou partir sur sur un nouveau projet.
  4. en avançant à son rythme sans exigence de performance, de comparaison, de compétition ou de commentaire sur sa création ou celles des autres participants. Le contenu de ce qui est peint n’est donc ni commenté ni exposé;
  5. en développant sa capacité d’expression par l’affirmation de soi en créant et persévérant au delà du doute et des peurs grâce à un accompagnement discrète, stimulant et encourageant. Il s’agit de donner l’impulsion pour le tracer sans jamais apprendre à peindre, sinon en maîtrisant la base, le pinceau, le support, les couleurs.
  6. en fabriquant ses outils pour le jeu de tracer nature: pigments organiques, d’encres, d’aquarelles, crayons, etc. Les couleurs obtenues varient d’une personne à l’autre, selon les techiques utilisées, l’eau, la saison… insaisissables, elles peuvent étonner ou contrarier les personnalités les plus contrôlantes.  Le participant commencera avec une boite de base qu’il pourra à sa guise étoffer au gré des séances, permettant l’apprentissage de la gestion écologique des ressources pour ses créations. 

Travailler sur des surfaces verticales permet de:

  • renforcer la musculature du tronc;
  • renforcer la musculature et la flexibilité des articulations de l’épaule par les mouvements fréquents du bras vers le haut, le bas à droite et à gauche en défiant la gravité;
  • faciliter l’extension du poignet et la stabilisation de la main;
  • encourager des grands mouvements de bras et notamment de traverser la ligne médiane du corps (faire des actions avec une de ses mains, un pied et même avec son regard du côté opposé de son corps) avec la main dominante pour atteindre tous les espaces de la feuille. Cette action requiert l’intégration de plusieurs capacités, dont une bonne conscience du corps, la coordination oeil-main, la dominance manuelle, l’orientation dans l’espace et surtout, la communication des deux hémisphères du cerveau.
  • développer la conscience spatiale en comprenant les termes directionnels (haut, bas, gauche droite)
  • changer de position 

Photographier signifie litéralement : écrire avec la lumière.

Lors de balades accompagnées, il s’agit de contempler la nature en étant attentif aux formes, aux couleurs et aux textures. La contemplation peut-être libre ou semi-dirigée et l’appareil photo ne sert que de médium pour saisir l’instant.

Dans cet atelier l’objectif n’est pas d’apprendre à faire des photos mais de se laisser porter par son regard, éveillé par les sens. 

Dans ce cadre bienveillant, qui ne nécessite aucune connaissance artistique ou technique,  le participant est encouragé à développer sa curiosité, son attention, l’anticipation et révèle une part de lui-même sans nécessairement faire appel aux mots. 

« L’appareil photo est un instrument qui apprend aux gens à voir sans lui. » (Dorotea Lange)