Lespinassière et sa forêt

Les forêts, écosystèmes

Dans un contexte de changements climatiques, les écosystèmes forestiers doivent à tous prix être préservés parce qu’ils jouent un rôle important dans:

  • la protection des sols

La forêt a une capacité de rétention en eau bien supérieure à celle des sols cultivés. 

Le couvert forestier assure une protection des sols lors de fortes pluies. En absorbant de grands volumes d’eau qu’elle restitue progressivement, la forêt joue un rôle de tampon qui permet de limiter les phénomènes de crues et les risques d’érosion. Les arbres empêchent les glissements de terrain, les écoulements, les coulées de boue, les inondations et autres catastrophes amplifiés dans des zones à forte dénivellation. 

  • la ressource en eau

L’écosystème des sols forestiers, contribue à la qualité de l’eau grâce à son rôle de préservation, de filtration et d’épuration. 

  • la consommation du CO² et la production d’oxygène

Elles sont indispensables pour lutter contre les gazs à effet de serre. Malheureusement, les écosystèmes forestiers sont en danger. Pour exemple, la forêt amazonienne émet plus de carbonne qu’elle n’en capte depuis sa déforestation massive de ces 10 dernières années. 

  • la biodiversité hébergée

La forêt de la région d’Occitanie 

Si sa surface est certes en forte croissance (elle est passée de 1,96 à 2,66 millions d’hectares en 30 ans sur la période 1983-2012) sa biodiversité dépérit lentement comme sur toute
la planète et sa résilience faiblit. Or, cette forêt est un trésor (l’Occitanie accueille 41,4 % des sites Natura 2000 désignés au titre de la directive oiseaux et 38,2 % des sites Natura 2000 désignés au titre de la directive habitats/faune/flore). Par ailleurs, certaines espèces à forts enjeux sont intimement liées aux milieux forestiers et quasi exclusivement présentes en Occitanie.

Du point de vue paysager, les forêts occitanes sont un élément majeur des paysages ruraux de la région et sont tout autant importantes pour l’activité touristique qui constitue l’un des vecteurs du redéveloppement de la ruralité.

La forêt Lespinassièroise

  • Une histoire

Façonée au cours des siècles par la main de l’homme, la forêt de Lespinassière telle que nous la connaissons aujourd’hui, est le résultat des travaux de restauration des terrains en montagne engagés par l’Etat dès la seconde moitié du XIXe siècle. L’objectif était alors de lutter contre l’érosion des sols et les risques d’inondation, conséquences de la déforestation. 

Peu compatibles avec le développement d’une agriculture mécanisée, les petites terrasses originellement aménagées autour de Lespinassière ont été progressivement abandonnées. L’élevage des moutons, la production de châtaignes, la fabrication de tonneaux et paniers ont aussi disparu. 

  • Un présent

Le village est aujourd’hui entouré d’un massif boisé peu exploité, largement préservé, qui joue un rôle important de protection et préservation des milieux naturels.

La forêt de Lespinassière relativement sauvage, fait le bonheur des amateurs de champignons et de chataignes. Les sangliers y sont nombreux bien sûr, mais il est aussi fréquent d’y croiser chevreuils, renards et bien d’autres animaux.

Les nombreux sentiers qui la traversent, font le plaisir des randonneurs et vététistes, cheminant des piémonts du Minervois aux crêtes d’altitude. 

  • Un avenir

Conscient de tous les enjeux climatiques et sociétales, il y a le souhait chez les lespinassierois de ménager leur forêt, de la transmettre, de la faire connaître. Dans ce but, ils soutiennent les actions diversifiées alliant les impératifs de préservation de la biodiversité et du développement d’activités humaines et économiques respectueuses contribuant, à sa préservation, à rehausser sa valeur paysagère, culturelle et écologique, à revigorer le tourisme de montagne qui s’est dégradé au cours de ces dernières années et bien sûr à aider les individus à se reconnecter à la nature, à se retrouver eux-mêmes et à rencontrer les autres.

Liens

La forêt, ressource écologique : protectrice de l’eau et des risques naturels (ONF)

Les arbres, ingénieurs en hydraulique souterraine

Comprendre l’absorption de l’eau

Cartes postales anciennes de Lespinassière

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *